Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 avril 2008

Retour sur le conseil municipal dans la presse

La Voix du Nord 12/04/2008

CONSEIL MUNICIPAL (SUITE)
Le cadeau de Natacha Bouchart : trois semaines de parking gratuit

1633916256.jpgLe premier conseil municipal de Natacha Bouchart s’est achevé jeudi, à 23 h. À l’ordre du jour, des dossiers chauds comme le périmètre du stationnement payant et le point d’accueil de jour des migrants, ont vivement animé les débats entre la nouvelle municipalité et l’opposition.

Stationnement payant

La mesure phare de Natacha Bouchart pendant la campagne figurait bien à l’ordre du jour du conseil municipal, en huitième place, au chapitre des finances. Sans surprise, Jacky Hénin s’est opposé à la délibération. D’autres conseillers de l’opposition ont préféré s’abstenir. La modification a été adoptée par la majorité municipale, exceptée par le premier adjoint, Philippe Blet, absent lors du vote. La raison, d’ordre juridique, est que ce dernier avait déposé une plainte au tribunal administratif en 2005 quand Jacky Hénin a lancé la nouvelle zone. Il y a une semaine, l’élu retirait sa plainte. Mais pour ne pas bloquer le vote, le premier adjoint s’est abstenu. « Mais je soutiens pleinement cette délibération », a-t-il précisé.

Nouveau périmètre.- D’un vote à main levée, Natacha Bouchart a mis fin au périmètre de Jacky Hénin et aux abonnements. Et instaure une seule zone au tarif unique, et le 1/4 d’heure gratuit, pour les rues ou portions de rues suivantes : boulevard Gambetta, rue Antoine-Bénard, rue Darnel (entre la rue Antoine-Bénard et le boulevard Pasteur), boulevard Pasteur, rue des Fontinettes (de la place d’Alsace à la rue de Chantilly), boulevard La Fayette, rue du Commandant-Mangin, boulevard et pont Jacquard, parking de la gare centrale, rue Royale, voie ouest de la place d’Armes, rue de la Mer. Le parking de la mairie sera gratuit. La nouvelle tarification augmente : elle passe à 0, 50 E pour 1/2 heure (contre 0, 20 E avant), 1  E pour 1 h, 1, 50 E pour 1 h 30 et 2 E pour 2 h. Pendant trois semaines à partir d’hier, le temps de régler les horodateurs, « le stationnement sera gratuit. » Malgré quelques tergiversations, la maire a fini par lâcher la bonne nouvelle. « Le montant des pertes s’élève à 750 000 E », a lancé Jacky Hénin qui a refusé de participer au vote. « Les pertes seront de 400 000 E et nous rognerons sur le budget communication » a rétorqué Natacha Bouchart.

Point d’accueil des migrants

Autre promesse, moins réjouissante pour les réfugiés et les associations qui leur viennent en aide : le projet du point d’accueil de jour, porté par l’ancienne municipalité, ne sera pas réalisé. Raison invoquée ? « L’illégalité du dossier », qui devait être construit sur la zone Marcel-Doret. La décision, radicale, a fait naître des réactions au sein de l’opposition. « C’est quand même de misère humaine dont on parle », a lancé Jean-Marc Ben, conseiller municipal écologiste. Et ce dernier d’interroger la maire : «  Le conseil des migrants que vous avez prévu aura-t-il pour mission de travailler à un projet humanitaire alternatif ? » La question a été laissée en suspens par la maire, qui a précisé que le conseil des migrants sera évoqué lors du prochain conseil municipal.  •  

Règlement : les affaires extérieures à la ville exclues du conseil municipal

Dans son discours d’installation, Natacha Bouchart a souhaité que « la vie de cette assemblée, qu’est le conseil municipal, soit propice au travail et profitable aux Calaisiens, c’est-à-dire que le débat démocratique se gère sans débordement et dans le respect absolu des personnes. » Ce qui précède laisse présager ce qui suit. « Pour que nous puissions mieux nous concentrer sur les dossiers communaux, je vous proposerai une modification du règlement intérieur afin d’ajouter une clause pour exclure des débats tous questionnements étrangers à la gestion de notre ville, et, en particulier, pour écarter les projets de motions, qui fleurissent régulièrement, parfois avec de bonnes intentions, mais détournent notre attention sur les quatre coins de la planète alors qu’il y a tant à faire chez nous. » Jean-Marc Ben, conseiller écologiste de l’opposition, n’a pas manqué de réagir en évoquant le Tibet, au centre de l’actualité, « qui a besoin de soutiens extérieurs. » Et l’élu d’espérer « qu’on ne décrochera pas le drapeau tibétain qui flotte à l’entrée de la mairie. » À l’époque, la mairie s’était engagée dans la campagne européenne en faveur de l’autonomie du Tibet.

Pas d’opposition à la CAC

Natacha Bouchart a décidé, de plein droit, qu’aucun élu de l’opposition ne siégerait à la communauté d’agglomération du Calaisis.

Elle s’y attendait. Avec cette décision, sans appel, Natacha Bouchart s’est attirée les foudres des membres de l’opposition. « Vous avez un sens de l’ouverture très étriqué. Notre commission n’a pas de place à la CAC. Les Staliniens ne sont pas forcément là où on le croit », a jugé Jacky Hénin, glissant à l’intéressée un « trouillarde » vengeur.

Les 26 élus de la majorité municipale qui siégeront à la communauté d’agglomération du Calaisis sont : Philippe Blet, Natacha Bouchart, Antoine Deguines, Emmanuel Agius, Jean-Pierre Bonvarlet, Paméla Bourigeaud, Patrice Cambraye, Marie-Claire Chatozlu, Brigitte Clerbout, Jacqueline Dewet, Michèle Ducloy, Manuel Duquesnoy, Patrick Dusautoir, Christophe Fruleux, Gérard Grenat, Éliane Huleux, Bernard Lelièvre, Philippe Mignonet, Pascal Pestre, Sylviane Petit, Marcel Pidou, Fabrice Pouamer, Michel Rouyer, Olivier Seiller, Ouiza Souibes, Vendel Cathy.

PAR ARIANE DELEPIERRE

PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET                                                                                                                                     

22259156.jpgJOURNAL DU 11 AVRIL 2008
sur CALAIS TV

12:34 Publié dans Articles de presse | Lien permanent

vendredi, 11 avril 2008

Conseil Municipal de Calais, 10 avril 2008

477217682.2.jpgOù est l'ouverture promise ? 

Voici l'intervention que j'ai faite au conseil municipal sur les "communications du maire 2 et 3" concernant l'antenne de jour pour les migrants. Ma proposition n'a pas été retenue et je n'ai pas eu de réponse claire quant à la mission exacte de ce "conseil des migrants" que compte mettre en place le nouveau maire de Calais:

"Madame le Maire, chers collègues, je suis très étonné par ces 2 délibérations (les communications du maire 2 et 3). D’abord parce qu’elles dénoncent bizarrement l’illégalité d’un projet qui n’a pourtant pas abouti et que ce projet s’était transformé en cours de route pour être destiné à un autre emplacement. Mais je suis surtout inquiet parce que ces 2 délibérations, dans leur aspect austèrement administratif, semblent signer l’arrêt du projet d’antenne de jour tout court. La question qui nous est posée ne peut pas se résumer au seul aspect matériel et juridique. Elle est éminemment politique et il s’agit d’un problème avant tout humanitaire. C’est quand même de misère humaine dont nous avons à parler et on ne peut pas esquiver le débat au détour de ces deux délibérations particulièrement abruptes et cyniques. Je ne m’attarderai pas trop sur la définition de cette antenne de jour qui est donnée dans la « communication du maire N°2 », tout à fait subjective et pour le moins tendancieuse, qui débaptise cette antenne de jour, je cite, en « structure d’accueil des migrants », avec l’idée évasive et sous-jacente qu’il s’agirait d’un Sangatte-bis. Ce que ne voulait d’ailleurs pas l’ancienne municipalité. Je crois que le choix des mots est important, surtout dans ce domaine. Or on a l’impression que cette délibération cherche à remettre en cause un choix qui n’a jamais été fait.

Votre idée de conseil des migrants peut être une bonne idée si elle débouche sur la nécessité de mettre en place une autre formule humanitaire, à un autre endroit, en tout cas si on émet réellement un projet alternatif à ce qui était prévu, en collaboration avec les associations. Et il aurait fallu que vous le signifiiez clairement dans les délibérations pour leur donner un peu plus d’humanité et pour répondre à une question que tout le monde se pose : « Le conseil des migrants que vous avez prévu aura-t-il pour mission de travailler à un projet humanitaire alternatif ? ». « Quand je veux enterrer un problème, je crée une commission » disait le légendaire Clemenceau, c’est un peu comme les fameux « comités Théodule » que dénonçait aussi plus tard le Général de Gaulle. Les commissions et les conseils de ceci ou de cela sont devenus dans l’inconscient républicain de grands cimetières pour fossoyeurs de bonnes idées. Ceci dit, je n’ai aucune raison de mettre en doute vos intentions réelles que je ne connais pas encore vraiment. Et c’est pourquoi, dans un esprit constructif, je vous propose de retravailler en ce sens ces 2 délibérations, d’en enlever tout ce qui est tendancieux et de rajouter, après la demande d’abrogation, la simple phrase suivante, je la cite donc comme proposition, Cependant, un conseil des migrants, composé d’associatifs, d’élus municipaux et de  représentants de l'État, sera mis en place et aura pour mission de travailler à un projet humanitaire alternatif.

Voilà, à mon avis, une formulation qui peut être consensuelle, ce que ne permet pas, je le dis sincèrement, la délibération en l'état. Je vous remercie, Madame le Maire, chers collègues, de votre attention."

Je suis aussi intervenu sur la décision du maire de ne plus accepter de motions. Je me suis dit déçu que la nouvelle municipalité "rejette de façon définitive toute initiative de solidarité internationale", en évoquant le Tibet qui a besoin de soutiens extérieurs. Je rappelle à ce sujet que lors des précédents mandats, nous avions été, les élus écologistes, à l’origine d’une motion de soutien au Conseil Municipal du 27 mars 2000, en demandant notamment la libération de deux prisonniers que nous avions parrainés et pour réclamer de façon plus générale la liberté pour le peuple tibétain.

Deux ans plus tard, en décidant d'exposer en permanence le drapeau tibétain à l’entrée de la mairie (j'espère qu'on ne le décrochera pas !), la municipalité de Calais s'était associée pleinement à la campagne européenne "Un drapeau pour un statut de pleine autonomie pour le Tibet". Cette action venait s'ajouter à la commémoration chaque année du soulèvement des Tibétains à Lhassa le 10 mars 1959. L'inauguration en mairie de Calais, à l'initiative de la municipalité, plus particulièrement du groupe écologiste, et en collaboration avec le Collectif Tibet-Calais qui coordonne l'opération localement, avait eu lieu le jeudi 7 mars 2002 en présence du maire de Calais, des élus écologistes et de notre regrettée amie, Véronique Desenclos.

Dans un courrier la semaine dernière au maire, j'avais proposé qu'on arbore aussi en extérieur, au fronton de l'hôtel de ville le drapeau tibétain jusqu'à la fin des JO de Pékin afin de manifester de façon éclatante le soutien des Calaisiens au peuple tibétain. Madame le Maire ne m'avait pas répondu alors. C'est triste, nous allons avoir une municipalité muette sur les Droits de l'Homme, et politiquement insipide. Il s'agit là d'une restriction inédite du droit à l'expression... qui offre néanmoins indirectement à l'opposition l'exclusivité du coeur et de la défense des Droits de l'Homme.

De façon générale, on regrettera aussi que l'opposition ne puisse être représentée à la Communauté d'Agglomération du Calaisis. Pourtant 1 membre de chaque groupe de l'opposition pour la CAC, ça ne faisait que 3 sur un total de 26 représentants calaisiens. Ca ne cassait pas trois pattes à un canard ! Il nous a été répondu qu'il n'y avait pas obligation de désigner des conseillers de l'opposition. Dont acte. L'ancienne majorité municipale n'avait pas fait autant de chichis et sans procédure aucune avait intégré deux membres de l'opposition d'alors, Christian Niéman... et Natacha Bouchart, tous deux désignés par l'ensemble des 49 élus du Conseil Municipal, majorité et opposition confondues. L'avenir proche nous dira si cette volonté d'ouverture affichée dans les discours est un leurre ou pas. En tout cas pour l'instant, le décalage entre l'effet d'annonce et la pratique est patent.

Jean-Marc Ben, conseiller municipal écologiste

 

13:26 Publié dans Tribunes | Lien permanent

jeudi, 10 avril 2008

Dur, dur d'être Ministre de l'Environnement !

Corinne Lepage soutient Nathalie Kosciusko-Morizet 

France Info - 10/04/08

Corinne Lepage, présidente de Cap 21 et soutien du Modem, se trouve actuellement à Londres pour la conférence franco-britannique sur l’énergie. Elle apporte son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat à l’écologie, obligée de s’excuser auprès de ses collègues de l’UMP. En tant qu’ancienne ministre de l’environnement, Corinne Lepage confirme qu’il est difficile de défendre ses convictions à ce poste. Après l’espoir suscité par le Grenelle de l’environnement, elle se montre très sceptique sur un réel changement de fond de la politique écologique.

 

     Cliquez !

1876109677.gif

10:38 Publié dans Radio | Lien permanent

mercredi, 09 avril 2008

Cap 21 prépare son congrès

   Congrès de Cap 21, les 14 et 15 juin 2008 à Nanterre

 

Chers amis,

La succession des élections présidentielles, législatives puis municipales n'ont pas laissé beaucoup de temps au débat interne que ce soit au sein de CAP21 ou du Mouvement Démocrate que nous avons contribué à fonder pour peser davantage dans le débat politique.

Le temps est venu de reprendre nos réflexions tant sur le fond que sur la stratégie.

Nous avons à formuler un projet alternatif, synthétisant les valeurs de générosité, de justice sociale, de démocratie avec le pragmatisme dans le domaine de l’économie. Et surtout, être les premiers à proposer un authentique projet de développement durable, fondé sur la nouvelle donne économique liée aux enjeux écologiques et à l’adaptation au changement climatique.

La 3ème révolution industrielle doit conduire à une large redistribution de l’énergie. L’évolution vers l’énergie renouvelable, produite localement, partiellement stockée sous forme d’hydrogène et la création de maillages reliant les communautés autour du monde sont un grand espoir pour sortir des milliards d’hommes de la pauvreté comme le montre les travaux de Jérémy Rifkin, président de la Foundation of Economic Trends. C’est l’essence même du développement durable et d’une nouvelle mondialisation se réalisant du bas vers le haut et qui sortira le monde de la vieille énergie tirée du carbone et de l’uranium pour le conduire vers un futur non polluant et durable. C’est également dans cette dynamique des communautés locales que nous assurerons la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau.

C’est malheureusement le chemin contraire que la France est en train de prendre. La relance de la politique nucléaire par le Président de la République nous maintient dans un système extrêmement centralisé et freine l’essor des énergies renouvelables et l’innovation technologique. Le système français est relativement inefficace pour faire émerger de nouvelles entreprises développant des éco-solutions comme l’avait démontré notre Présidente, Corinne Lepage, avec le groupe de travail Ecoresp. La France est ainsi très en retard dans le soutien aux entreprises « cleantech » alors que les laboratoires de recherche public disposent de nombreux projets.

L’Etat s’emploie à recycler continuellement les mêmes recettes. L’aggravation des déficits publics nous conduit dans l’impasse d’un nouveau plan de rigueur où les coupes budgétaires auront raison de cette économie de l’innovation, de la recherche, du développement durable et solidaire que nous appelons de nos vœux.

Dans ce contexte, nous devons plus que jamais nous recentrer sur le projet et préparer l’avenir en osant bousculer les conservatismes et en montrant qu’une autre voie est possible. Ce sera l’objet de nos débats lors du prochain Congrès de CAP21 qui devrait se tenir les 14 et 15 juin à Nanterre. Avec Bertrand, Corinne et l’ensemble des membres du bureau politique, nous vous y attendons nombreux.

En tant que parti fondateur, nous aurons également à débattre de la stratégie de construction et de structuration du Mouvement Démocrate sans en ignorer les difficultés et les nombreux obstacles. Je ne doute pas que nos échanges seront nourris et que nous arriverons à en faire la synthèse car nous avons toujours sû nous rejoindre sur les valeurs qui fondent CAP21. Vos contributions seront évidemment les bienvenues.

                                                        1466051086.2.jpg               2006475660.jpg      663424170.jpg

 

 

 

 

 

     Corinne Lepage                       Eric Delhaye                         Bertrand Rio

  Présidente de CAP 21                 Porte-parole                      Secrétaire Général

Le site de CAP 21 National

Le site de CAP 21 NPDC

Le blog de Corinne Lepage559983717.png

21:52 Publié dans Tribunes | Lien permanent

mardi, 08 avril 2008

Le conseil municipal est reporté à jeudi

Les raisons d'un report du conseil

Nord-Littoral, mardi 08 avril  2008

113496883.2.jpgLe premier conseil municipal de l'ère Bouchart devait se dérouler ce soir à partir de 19h00. Il est reporté à jeudi, même heure, même lieu, la salle du conseil l'hôtel de ville de Calais.

L'opposition parle déjà de désorganisation, le cabinet du maire rétorque : « Nous préférons que les élus aient tous les documents en main avant ce conseil municipal. » Et ce n'était pas le cas.

Les délibérations en retard

Pour Claude Demassieux, si les convocations ont bien été envoyées dans les temps, soit cinq jours avant la réunion d'aujourd'hui, par contre, le bureau central n'a pas eu le temps d'y adjoindre toutes les délibérations : « Natacha Bouchart a assez râlé quand elle était dans l'opposition quand elle n'avait pas les délibérations en temps et en heure. Et elle ne veut pas utiliser les mêmes pratiques. C'est dans ce souci de transparence que le maire de Calais a pris la décision de repousser le conseil municipal. » explique Claude Demassieux, le directeur de cabinet. Cette décision permettra aussi d'annuler tous les recours que certains leaders de l'opposition ne manqueraient pas de faire.
Du côté des socialistes, on n'en est pas à l'heure des recours. Mais Charles François se dit étonné par ce report : « Je trouve que cela fait désordre. » Le responsable du groupe PS ne veut pas s'étendre sur les raisons : « Je préférerais savoir combien de postes nous aurons dans les commissions pour présenter des noms... Si nous l'apprenons le jour du conseil, les opérations de vote seront interminables... On va y passer la nuit. » Charles François se demande aussi
« où en est l'opposition ? » Les contacts entre les partis seraient nuls, ce que confirme d'ailleurs Jean-Marc Ben pour les écologistes : « Nous n'avons pas de nouvelles des autres composantes de notre groupe d'opposition. » Le conseiller municipal de l'opposition écologiste aimerait créer un groupe avec la MRC, Caroline Matrat-Maenhout et le radical Alain Mascret. Il ne sait pas si c'est encore d'actualité.
Jean-Marc Ben regrette lui aussi de ne pas savoir combien de postes seront réservés à l'opposition : « J'ai pris les devants, j'ai envoyé un courrier au maire pour lui signifier les commissions qui m'intéressaient. »
La mise en place de ce tout nouveau conseil est vraiment difficile... À tous les niveaux !

Philippe HENON

Nord Littoral

 

16:20 Publié dans Articles de presse | Lien permanent