Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 avril 2008

Sursaut écolo !

Point de vue

477217682.jpgLe PC réagit ! Il vient de tenir ce mercredi 2 avril une réunion publique à la salle du Minck, à Calais et  parle enfin, sur l’antenne de Calais TV (http://www.calaistv.fr/archives/index.html journal du 3 avril 2008) de la formation d’un réseau "RUSÉ", "Rassemblement Unitaire Social et Ecologique", reprenant au passage notre propre proposition, faite avant les municipales, d’un grand pacte écologique et social rassemblant la gauche et tous les écologistes. Il vaut mieux tard que jamais mais il aura fallu l’échec de la gauche et la victoire de l’UMP pour en arriver là.

Lors des négociations le PCF et le PS se sont retrouvés en duo hégémonique pour tenter de limiter au maximum l’écologie, tant sur le plan programmatique (il suffit de consulter le programme municipal de la gauche pour y déceler quand même quelques points forts que les écologistes ont « obtenu » à l’arrachée, et c’est peu dire) que sur le plan des postes qui auraient été dévolus aux écologistes (on était redescendu à 2 éligibles, sous la pression socialiste, et avec cet aveu très appuyé de Gilles Cocquempot, député socialiste, qui nous promettait, « s’il n’avait tenu qu’à lui », « zéro poste ! »). Cette gauche-là, honnêtement, nous en avons soupé ! Méprisante, trop sûre d’elle, hégémonique, arrogante même dans l’échec…

Mais revenons à l’initiative de la section PCF de Calais. Elle arrive tard et n’est pas crédible pour l’instant. D’abord, si l’intention était honnête, les écologistes auraient été invités, les Ecologistes du Calaisis, membres loyaux de l’ex-majorité municipale, et les Verts. Le concept n’est intéressant que s’il prend en compte cette fois-ci les programmes des deux formations écologistes qui se ressemblent tellement qu’ils n’auraient aucune difficulté à « fusionner ». Si c’est vers cela qu’on va, alors chiche ! Si c’est un effet d’annonce, pour rebooster le Parti Communiste qui s’aperçoit que la donne écolo est réellement incontournable, alors non, non et non ! On ne comprendrait pas pourquoi ce qui nous a été refusé avant les municipales serait plébiscité aujourd'hui comme par enchantement. Surtout si c’est pour reprocher à Natacha Bouchart de ne pas faire ce qu’eux auraient de toute façon refusé, parce que cela aurait fait trop de pub aux écolos.

Pourquoi, dans ces conditions, les Ecologistes du Calaisis ont-ils accepté de repartir avec Jacky Hénin, le PC et le PS ? Parce que nous avions peur de voir arriver la droite (en tant que telle), nous avons, malgré nous, privilégié l'union. La stratégie autonome était très forte dans nos rangs malgré tout. Nous l’avions d’ailleurs annoncé dès le départ.

Aujourd'hui une page est tournée. La situation nouvelle doit nous interpeller tous, chez les écologistes de toutes tendances (si cela veut vraiment dire encore quelque chose).

A droite, pas mieux. Pour preuve, le "portrait" dans la Voix Du Nord, de M. Mignonet qui insiste à deux fois dans une interview qu'il n'est "pas écologiste" et a pour programme "le développement de sa ville". Il est et a toujours été dans la logistique des camions et pense qu'il faut développer. C'est la vision environnementale du café du commerce.

Et les écologistes, dans ces conditions extrêmes, n'arriveraient pas à s'accorder et à se réunifier ? Alors, c'est que ça serait encore plus grave que nous ne le pensions au départ...

Disons-le franchement, dans ce contexte de grande désolation, certains d’entre nous ont évoqué un ralliement à la nouvelle majorité municipale, pour sauver ce qui pouvait l’être, et réaliser au moins les projets écologiques que nous avions « décrochés » avec l’ancienne équipe municipale, avec une réelle latitude d’action, au conseil municipal et à la CAC, et pour de vrais postes de responsabilités, à la municipalité comme à la CAC. Autant dire que tout cela relève de la politique fiction.

Les Verts ? Malgré nos demandes incessantes, nous continuons d'être frappés par une sorte de fatwa des dirigeants locaux. Nous n'allons pas passer notre temps à quémander. Encore moins maintenant que nous avons retrouvé notre entière liberté. L'écologie politique est diverse. Il y a les Verts qui restent quand même notre famille politique naturelle. Mais s'ils ne veulent pas de nous, à quoi bon s'entêter ? Faudra-t-il encore passer des examens de passage débouchant sur des refus inéluctables, devra-t-on encore subir des tribunaux d'exception ?

D'autres solutions s'offrent à nous. Cap 21 (Modem), Nicolas Hulot, s'il se lance enfin politiquement, ou certains refondateurs Verts. Nous notons (on ne fait que ça) les propos positifs de Dominique Voynet ou de Daniel Cohn-Bendit en direction d’une refondation qui s’avoue comme telle ou pas. Pour l'instant, on a l'impression qu'il ne s'agit que d'effets d'annonce. Entrons, nous, dans la danse et positionnons-nous à d'autres niveaux que l'échelon strictement local.

Il est temps qu'à Calais, ce soit les écologistes qui créent le sursaut, le renouveau et la 3ème voie. La gauche locale traditionnelle est KO. Et les écologistes, qu'ils aient souhaité ou non la victoire de la gauche aux municipales, n'auraient rien à dire ? Réunissons nos compétences et ressuscitons l'écologie politique. Réoccupons le terrain, participons à toutes les échéances électorales qui vont se présenter, sous le signe de l'union des écologistes, et préparons les municipales de 2014 avec pour objectif un(e) maire écolo ! En tout cas, nous n’avons pas perdu notre envie de participer à la vie politique locale, régionale et nationale. D’une façon ou d’une autre… avec l’écologie en tête.

Jean-Marc BEN

14:44 Publié dans Tribunes | Lien permanent