Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 mars 2008

Calais, réflexions post-électorales

Penser le changement, et pas (seulement) changer le pansement

477217682.jpgLes Ecologistes du Calaisis ont toujours joué la carte de l’union, par loyauté avec Jacky Hénin avec qui nous avions contracté un bon accord en 2001. Nous assumons la défaite. Nous gardons notre amitié à Jacky Hénin qui ne mérite pas tous les reproches qu’on lui fait.

Cependant nous avons le sentiment qu’une page est tournée. Calais reste une ville ancrée à gauche. Elle n’a pas viré à droite le 16 mars. Simplement cette gauche s’est diversifiée en plusieurs sensibilités différentes et les habitudes électorales ont changé dans la population. Il est évident que la majorité des électorats d’extrême-gauche et des Verts a contribué à la victoire de Natacha Bouchart, par défaut plus que par adhésion, et par un rejet d’un certain modèle d’union de la gauche qui ne fonctionne plus parce qu’il est essentiellement basé sur le seul duo PC-PS, qui n’arrive pas à s’ouvrir à cette nouvelle diversité. Nous avons eu nous-mêmes plus de difficultés qu’à l’ordinaire à mener les négociations avec nos partenaires qui ont beaucoup verrouillé sur notre apport écologiste. A tel point que le Grenelle de l’Environnement a pu sembler un moment plus ambitieux que notre programme commun municipal. Dès le départ, il nous a semblé qu’on s’orientait vers un programme assez fade qui n’aurait pas mobilisé les troupes, et en particulier l’électorat écologiste. Même si nous partagions avec le PC et le PS un bon bilan, nous savions aussi qu’une élection ne se gagne pas à ressasser les réalisations nombreuses de l’équipe sortante, aussi fortes et aussi importantes soient-elles, et qu’il fallait enclencher une dynamique sur d’autres projets structurants, novateurs et s’inscrivant dans le développement durable, en avançant plus l’écologie, la réflexion sur le  tramway intercommunal, les zones vertes et de respiration, la défense de la biodiversité et du cadre de vie, la démocratie locale… Les écologistes de la majorité ont sans doute lâché prise trop vite pensant que de toute façon la latitude d’action que nous aurions eue une fois élus aurait fait avancer tout ça. Après tout, l’usine de biométhanisation (dont nous sommes à l’origine au tout départ) n’était pas inscrite dans le programme commun 2001 et nous y sommes arrivés quand même !

C’est donc cette gauche bicéphale, où les Yalta politiques sont bien répartis entre les deux gros partis de la gauche classique, qui a perdu cette fois-ci. Vive la gauche rénovée, réellement ouverte, pluraliste et non hégémonique ! Nous avons du temps pour reconstruire la gauche calaisienne dans toutes ses composantes et sans exclusive. La gauche calaisienne a besoin de faire son autocritique (y compris les écologistes eux-mêmes encore divisés).

Je suis dorénavant le seul écologiste au conseil municipal. Je tâcherai d’incarner cette ouverture que j’ai toujours eue avec l’opposition quand j’étais encore adjoint. Mais cette fois-ci de l’autre côté. Pour continuer de travailler pour l’écologie et la solidarité, dans un esprit constructif et positif. Les enjeux écologiques de notre territoire et de notre planète ne disparaissent pas avec le changement d’équipe municipale. Il faudra bien y faire face, d’une façon ou d’une autre, avec le concours de tous. Sans esprit partisan, même si comme tous les écologistes je pense que seul un travail de fond porté par des élus écologistes peut être réellement convaincant. J’avoue avoir des craintes sur le devenir du département de l’environnement. J’ose espérer qu’elles se dissiperont au fil des mois. C’est pourquoi je n’adopterai aucune posture partisane. Wait and see…

Il est d’abord salutaire d’assumer notre défaite, de nous interroger sur les causes complexes de cette défaite,  et de penser à la rénovation de la gauche entière, si ce n’est à sa refondation. En ce qui nous concerne, il nous semble urgent de réussir la réunification et le renforcement de son pôle écologiste.

Jean-Marc BEN

Conseiller municipal écologiste

Président des Ecologistes du Calaisis

 

Pour nous contacter

Téléphone :   03 21 36 89 26

Email :          ecologistes.calaisis@free.fr

 

22:17 Publié dans Tribunes | Lien permanent