Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 mars 2008

L'analyse de Nord-Littoral avant l'élection de dimanche

407102035.jpgSix listes sont présentes à Calais

Questions autour du premier tour

Six candidats au départ du premier tour, combien seront encore en lice dimanche soir ? Dimanche, les électeurs calaisiens auront à choisir entre six listes, comme en 2001. Avec deux nouveaux : la LCR et le FN. La liste sortante part favorite tandis que la liste d'ouverture veut créer la surprise.

Que vont faire les socialistes ?

Pas facile d'être un sympathisant socialiste à l'aube des élections municipales... Que faire ? Le choix peut se porter sur la liste officielle de la gauche unie, estampillée du logo de la rose. Tout en sachant que le PS n'aura ni la mairie, ni la CAC, que leur nombre d'adjoints ne sera pas supérieur à 2001 (6 postes) et que leur présence sur la liste n'est pas majoritaire (16 places contre 20 au PC). Avec toujours cette question : le PS saura-t-il mieux se faire entendre lors du prochain mandat ? Ils jurent que oui, mais la réponse n'interviendra qu'au fil du temps.
Autre voie possible, suivre le dissident Philippe Blet sur la liste d'ouverture populaire et sociale conduite par Natacha Bouchart. Ceux du PS qui ont des boutons rien qu'à prononcer le mot droite n'iront pas. Par contre, ceux qui veulent faire payer au PS local sa non présence au premier tour risquent d'être tentés. Tout comme le seront ceux qui ne veulent plus d'une gestion communiste de la ville. Car sur cette liste, si la mairie ira à l'UMP et Bouchart, la présidence de la CAC sera socialiste, avec Philippe Blet.

L'imbroglio Vasseur

Il reste enfin les autres, qui s'abstiendront ou qui pourront se tourner vers des listes d'extrême-gauche, comme la LCR. Dans tous les cas, les électeurs socialistes ont l'une des clés de ce premier tour entre leurs mains. L'an dernier, le PS a remporté haut la main les élections présidentielle et législatives. Leurs voix seront plus qu'importantes.
Enfin, il y a la confusion Philippe Vasseur. Le conseiller général s'est battu contre Cocquempot, puis contre Hénin et le PC et a milité et travaillé pour une liste autonome. Résultat : salto arrière et présence sur la liste commune PS-PC-PRG-MRC. Une position mal comprise par de nombreux socialistes. Et qui pourrait se retourner contre les socialistes.

Quel rôle des écologistes ?

En 1995, les Verts emmenés par Jean-Marc Ben font un bon score et s'imposent au second tour sur la liste de gauche conduite par Jean-Jacques Barthe. Derrière s'en suivront des réalisations (tri sélectif, déchetteries,...). En 2001, Ben est présent dès le premier tour sur la liste d'union en tant qu'alternatif. Les Verts présentent Patrice Bonay et font encore plus de 6 %. Aucun accord n'interviendra toutefois avec le PC. L'écologie repose donc sur Jean-Marc Ben et ses colistiers. Le bilan de ces sept dernières années ? Pas convaincants pour des écologistes peu convaincus eux-mêmes... Christian Louchez regrette ce qu'est devenu le centre-ville et Jean-Marc Ben (qui a créé entre-temps les Ecologistes du Calaisis) a traîné les pieds pour intégrer la liste d'union. Il voulait plus, il n'aura pas mieux qu'en 2001. Lui aussi clame qu'il sera plus entendu dans le prochain mandat. De leur côté, les Verts se représentent de manière autonome, derrière Catherine Bourgeois. Que feront les électeurs écolos de Calais ? Voter Verts ou Ecologistes du Calaisis ?

Les fidèles du PC

La claque de la présidentielle 2007 a été de courte durée pour le parti communiste calaisien. Si Marie-George Buffet n'a recueilli que 4,6 %, aux législatives, Marcel Levaillant et Gisèle Cocquerelle ont flirté avec les 15 %. Seuls, les communistes auraient toutefois bien du mal à garder la mairie. Le soutien du PS est primordial. Mais leurs réseaux sont toujours fiables et fidèles et leur nombre de voix dans les quartiers populaires n'a pas baissé. Pas de doute, les voix PC seront là... à moins que certaines n'aillent vers le FN, pour la première fois présent aux municipales.

L'inconnu Front national

C'est la première fois donc que le Front national se présente aux municipales de Calais. Difficile de prévoir un score pour François Dubout. Si l'on se réfère à la présidentielle, le FN peut entrevoir le second tour au moyen d'une triangulaire. Le parti de Le Pen avait gagné des voix par rapport à 2002 avec 6425 suffrages. Un résultat qui n'a pas connu de suite aux législatives, avec 2000 voix conquises. Et un François Dubout dépassant le PC dans plusieurs bureaux du Beau-Marais. De plus, les nombreuses élections depuis la municipale 2001 ont montré que de nombreux communistes ont voté FN avant, souvent, de revenir dans le giron de la gauche au second tour. Après une campagne active, lancée dans les municipales depuis 2004, le FN peut-il atteindre les 10 % et être présent le 16 mars ?

LO, LCR, Verts, quels scores ?

Les Verts ont réuni environ 6,5 % des voix lors des deux dernières municipales. Ils en espèrent autant mais comptent sur un retour d'électeurs déçus selon eux de la faible prise en compte écologique lors du dernier mandant (pas de place pour le vélo, bâtiments sans énergie propre, manque de véhicule électrique...). Toutefois, une présence au second tour serait surprenante.
Tout comme elle le serait pour les deux listes d'extrême-gauche, LO et LCR. En 2001, Lutte ouvrière se présentait déjà avec Dominique Wailly et obtenait 1596 voix, soit 6 %. LO et LCR vont-ils se partager ces voix ? C'est ce qui s'est à peu près passer lors des dernières législatives où les deux partis se partageaient près de 6 % des suffrages. L'effet Besancenot de la présidentielle (7,1 %) se rééditera-t-il, notamment avec des déçus du PS ?

Toute la droite pour Bouchart ?

Pour cette élection, Natacha Bouchart a décidé de jouer l'ouverture. Son alliance avec le Modem n'est pas une surprise. Souvent, l'UDF s'alliait localement avec le RPR. Par contre, certains regrettent l'absence sur cette liste d'Arnaud Leclair, présent au second tour des municipales de 2001 où il obtenait 42 % des voix, après avoir créé la surprise au premier tour. Mais le chirurgien a préféré ne pas se présenter. De même, la présence de personnalités "apolitiques" n'est pas une surprise non plus.
La surprise vient donc de l'ouverture à de nombreuses personnalités de gauche, soit carrément cartées au PS (Blet, Cambraye), soit sympathisants de gauche (Deguines, Grenat). un mélange détonnant qui a réveillé la campagne lors des dernières semaines. Mais ce mélange plaira-t-il aux électeurs de droite ?
Vont-ils suivre Natacha Bouchart ou s'abstenir ? Pour eux, une victoire de Bouchart leur promet la mairie, tout en sachant que la CAC sera dirigée par un PS, Philippe Blet. L'envie d'éliminer le PC sera-t-elle la plus forte ?

La personnalité de Jacky Hénin

Certes, des électeurs pourront profiter de ces municipales pour sanctionner le gouvernement Sarkozy-Fillon. D'autres resteront fixés à leurs couleurs politiques. Mais dans ce cadre municipal, la personnalité des prétendants joue un rôle primordial.
C'est cette personnalité qui a permis à Jean-Jacques Barthe d'être régulièrement et facilement réélu à la tête de la ville. Personnage paternaliste et très apprécié, il récoltait les suffrages au-delà des couleurs politiques. En 2001, Jacky Hénin venait de passer 11 mois à la tête de la ville, porté par la vague footballistique. Il s'imposait facilement dans une élection marquée par plus de 45 % d'abstention. Depuis, comment son image a-t-elle évoluée ?
Comment est-il perçu dans les quartiers populaires ? Ses nombreuses absences au Parlement européen seront-elles sanctionnées ? Sa façon de diriger la ville plaît-elle aux territoriaux ? Son score permettra dimanche de répondre en partie à ces questions.

Le poids des abstentionnistes

L'abstention a été importante lors des municipales 2001 : 45 % au premier tour, 44 % au second. Elle l'a été encore plus lors des dernières législatives (50 %) alors que, comme partout en France, un sursaut démocratique a été ressenti lors de la présidentielle avec 25 % d'abstention seulement. Pour beaucoup, l'abstention serait favorable à la liste de Jacky Hénin. Une grande mobilisation favoriserait la liste Bouchart. Un chiffre qui pourrait donc donner une indication de l'issue du suffrage, avant même le dépouillement.

Nord Littoral

17:34 Publié dans Articles de presse | Lien permanent