Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 février 2008

Se préparer au changement climatique : un pari local aussi !

476463479.jpgTRIBUNE DU GROUPE DES ELUS ECOLOGISTES

Calais Réalités, jeudi 28 février 2008

Alors que les prévisions les plus pessimistes concernant le réchauffement climatique se révèlent de plus en plus obsolètes, les mesures devant découler du  Grenelle de l’Environnement tardent à venir, ce qui n’augure rien de bon. Après le battage médiatique, sans doute tout cela risque-t-il de faire … pschitt !! Or plus on attend, plus les mesures à prendre devront être draconiennes et brutales.

On ne parle pas davantage de ce problème dans la campagne des municipales, alors qu’elle devrait être l’occasion de commencer à dire la vérité à nos concitoyens sur ce qui les attend. Et donc aussi d’anticiper par une politique permettant d’inciter les gens à opérer dès maintenant certains changements : consommer plus local, des produits frais plutôt que des produits tout prêts qui au final coûtent plus cher. Comment ? En valorisant la culture locale, en augmentant les petits espaces cultivables (jardins), en encourageant les gens à jardiner eux-mêmes, individuellement et collectivement. Les collectivités (villes, agglos)  devraient aussi participer à aider financièrement à la construction et à la rénovation de logements plus économes, ce qui permettrait d’ailleurs sur le long terme de redonner du pouvoir d’achat aux ménages. Autre domaine qui grève le pouvoir d’achat : le coût de l’essence. Bien sûr, on peut se dire que toutes ces augmentations sont orchestrées par les grands groupes pour faire toujours plus de bénéfices, et sans doute est-ce partiellement vrai. Mais l’analyse est un peu courte. Notre mode de vie gaspilleur et pollueur amène inévitablement et à augmenter les gaz à effet de serre et à la pénurie énergétique annoncée. Peut-être faudrait-il enfin que chacun d’entre nous (et non toujours les autres !) se pose les bonnes questions. Et que le politique offre des alternatives dans la chaîne des déplacements (transports en commun, vélo etc…)

L’ouverture à Calais de la vélostation va dans ce sens. Modestement.

Là encore, les communes peuvent agir. En évitant par exemple de déménager des équipements structurants en périphérie, sans cesse plus loin, ce qui augmente la dépendance à la voiture particulière.

Un vrai pari sur l’avenir…

Christian LOUCHEZ

Conseiller municipal délégué écologiste, vice-président des Ecologistes du Calaisis

23:19 Publié dans Tribunes | Lien permanent