Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 décembre 2007

Une "antenne de jour" pour les migrants à Calais

Conseil Municipal du vendredi 21 décembre 2007

Monsieur le Maire, chers collègues,

980a34054c31c6b54e1c67fd0488855e.jpgJe ne vous cacherai pas, Monsieur le Maire que j’ai un sentiment mitigé ce soir. Je devrais être content de voir aboutir enfin ce projet d’antenne de jour. C’est une simple question d’humanité. Et en même temps, sans doute avec beaucoup d’entre nous ici, j’éprouve un sentiment de révolte, de dégoût même, face à l’hypocrisie affichée par l’Etat et ses services qui mettent tout en œuvre pour démolir avant qu’elle ne soit construite, cette mini-structure d’accueil, « un lieu décent qui puisse répondre aux besoins sanitaires les plus élémentaires », comme le précise notre délibération. En disant cela, je m’aperçois que je viens de commettre un abus de langage. Les mots structure et accueil ne sont plus politiquement corrects. Depuis la fermeture de Sangatte les autorités sont obnubilées par le complexe du « point de fixation » et tout est bon pour éviter le moindre élan de solidarité en direction des réfugiés.

Voilà maintenant que ces mêmes autorités se reconvertissent en pseudo-défenseurs de l’environnement et des zones naturelles en évoquant le Bois Dubrulle. On pourrait sourire en imaginant en effet l’impact environnemental de cette antenne sur ce site d’une exceptionnelle beauté naturelle :-) . Mais, permettez-nous, en tant qu’écologistes, de douter des préoccupations environnementales du préfet. Le Bois Dubrulle n’est pas la Forêt Amazonienne, même si certains l’appellent la « jungle » ! Et la mini-structure qui va être construite sur d’anciens terrains de football, n’est pas un Formule 1 et ne va pas entraîner la déforestation du site. Il est scandaleux d’abriter sa mauvaise conscience derrière de faux arguments environnementaux.

Mais ça n’est pas tout. Savez-vous que pendant un moment, on a essayé d’invoquer le périmètre Seveso, cette fois-ci pour soi-disant assurer la sécurité physique des migrants ? De qui se moque-t-on ?

Nous sommes consternés par autant de mauvaise foi, de bêtise, et en fin de compte par autant d’inhumanité.

Monsieur le Maire, nous n’avons pas toujours été d’accord par le passé sur cette question épineuse et qui était devenue un sujet tabou. Nous avons même eu des échanges assez vifs à l’époque, dans cette enceinte même.

Aujourd’hui, nous saluons votre courage de maire, car c’est bien de courage dont il est question lorsqu’on a affaire à autant d’adversité. Je tenais, Monsieur le Maire, à vous assurer du soutien total des élus écologistes pour cette antenne de jour mais aussi pour la réquisition d’un point d’accueil au vu des conditions météo particulièrement difficiles qui sont prévisibles.

Pour ces mêmes raisons, nous devons, à notre avis, apporter un soutien plus substantiel et plus appuyé aux associations d’aide aux migrants. Je vous remercie.

Jean-Marc BEN, adjoint

12:35 Publié dans Tribunes | Lien permanent