Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 décembre 2007

Montreuil : l'union du PS et du maire sortant se fait au détriment de Dominique Voynet

Par Par Christine POUGET AFP - Jeudi 20 décembre

f0f06c534a002af9f5c6ad3508155b44.jpgPARIS (AFP) - Le cas de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, un des points litigieux entre le PS et le PCF pour les municipales, a été réglé mercredi au détriment de la sénatrice Dominique Voynet (Verts), qui espérait bien mener une liste d'union de la gauche et se sent désormais "libre".

A moins de trois mois des municipales, le PS a tranché pour cette ville, la plus importante du département de Seine-Saint-Denis et "acté" la reconduction de l'accord d'union avec le sortant Jean-Pierre Brard, apparenté communiste, maire depuis 1984.

M. Brard s'est d'emblée "félicité que le PS ait choisi l'union plutôt que la désunion". Pour le député-maire, cette décision met ainsi "un terme aux tentatives répétées et insistantes" pour "mettre à mal l'unité de la gauche au profit d'ambitions personnelles éloignées de l'intérêt collectif des Montreuilloises et des Montreuillois".

De son côté, l'ancienne candidate des Verts à la présidentielle a fustigé cette "vieille cuisine dans un vieux pot". Elle s'affirme désormais "totalement libre" et dénonce "des rapports de force entre factions socialistes dans la perspective du congrès".

La numéro Un communiste Marie-George Buffet était personnellement montée au créneau pour "l'union" à Montreuil, exhortant à cesser "tous ces jeux politiciens". Pour elle, Claude Bartolone, député PS du département, poussait "aux primaires à gauche en raison de ses visées sur le conseil général" présidé par le communiste Hervé Bramy.

Interrogée par l'AFP, elle s'est dite "très satisfaite de cette décision". "La raison et l'union l'ont emporté".

L'affaire remonte au 8 novembre, lorsque Dominique Voynet, sénatrice du département annonçait publiquement qu'elle se présentait aux municipales dans cette ville qui a voté à la présidentielle à 61% à gauche.

Mme Voynet veut "construire une alternative", condamne la "rhétorique infantilisante" du maire sortant, ose un parallèle avec Ceausescu.

Fin novembre, les militants socialistes à Montreuil avaient voté à une très courte majorité (6 voix) pour une liste d'union conduite par Mme Voynet. Cependant, le nombre élevé de bulletins blancs ne permettait pas de trancher nettement.

La décision avait donc été renvoyée à la Convention nationale du PS. Samedi dernier, en marge de celle-ci, la direction demandait aux militants de prendre "une décision claire" et indiquait "demander aux Verts leur stratégie avec nous dans le département",

Mais les militants ont refusé de revoter lundi. C'est seulement mercredi que le cas a été résolu, sous les auspices de François Hollande, premier secrétaire du PS, avec les socialistes locaux et départementaux et Claude Bartolone.

La liste Brard avec le PS avait obtenu 38% aux municipales de 2001 et les Verts 8%.

Dominique Voynet ne renonce pas. Et constitue actuellement une "vraie équipe de gauche" pour un "vrai projet pour Montreuil", avec "des gens encartés chez les Verts", ou "communistes".

13:00 Publié dans Articles de presse | Lien permanent