Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 novembre 2007

Mieux vivre à Calais et sauver la planète

La Voix du Nord - Edition du mardi 27 novembre 2007

Les Écologistes de Jean-Marc Ben n’excluent pas de présenter une liste autonome

83d36a0b5d9fa20f2844994f2121e22f.jpgA quatre mois des municipales, les Écologistes s’interrogent sur leur avenir au sein de l’union de la gauche. Et excluent de moins en moins de présenter une liste au premier tour.

A l’image des autres « petites composantes » de la majorité municipale (le MRC de Michel Lenglin et le PRG d’Alain Mascret), les Écologistes du Calaisis, emmenés par Jean-Marc Ben, se demandent à quelle sauce ils vont être mangés. « Nous sommes dans une phase d’observation, tout le monde semble se regarder en chiens de faïence », remarque le maire-adjoint chargé de l’environnement. Jean-Marc Ben semble avoir une dent contre le PC, « partenaire depuis deux mandats, et dont le seul objectif aujourd’hui semble être de faire barrage à la droite. » En guise de programme, cela fait un peu léger, pense Jean-Marc Ben, qui s’appuie sur un épais document, un projet qu’il a présenté vendredi soir à la presse. Intitulé « Mieux vivre à Calais et sauver la planète », sous-titré « Les éco-quartiers, le tramway, la ville nature, le cadre de vie, la solidarité et la convivialité », ce programme pourrait être gardé sous le coude pour appuyer une liste indépendante dès le premier tour. Car « la démarche du PC ne nous plaît pas, insiste Jean-Marc Ben. Il nous propose un calendrier de négociations farfelu. Le 30 octobre, nous avons assisté à une réunion sur le bilan, qui s’est résumée à une séance d’autosatisfaction générale. Lundi (ndlr hier), on va parler du programme, et le 10 décembre, de la représentation de chaque entité. » Les Écologistes, qui ont quatre élus (dont deux dans l’exécutif) dans l’actuelle majorité, en revendiquent six dans la prochaine. « Même si on ne peut pas se prévaloir de succès électoraux récents, reconnaît Jean-Marc Ben. La dernière fois que nous nous sommes présentés, en 1995, nous avions fait 7 % ».

En mars prochain, il est de moins en moins improbable que les Écologistes saisissent une occasion de se compter.

B. M.

11:25 Publié dans Articles de presse | Lien permanent